André Turcat est mort

Né le 23 octobre 1921 à Marseille, André Turcat est mort le 4 janvier 2016 à Beaurecueil (près d’Aix-en-Provence).

  • Ancien élève de l’Ecole Polytechnique (X40).
  • Pilote dans l’Armée de l’Air puis pilote d’essais. 
  • 1952-53 : il est directeur de l’EPNER (Ecole du Personnel Navigant de Réception et d’Essais).

 

Tout au long des années 1950, il enchaîne toute une série de records aéronautiques, en particulier :

  • Août 1954 : passage du mur du son en palier sur l’avion expérimental Gerfaut I ;
  • Février 1957 : plusieurs records internationaux en vitesse ascensionnelle avec le Gerfaut II (6000, 8000 et 12000m) ;
  • Aux commandes du Griffon II, l’un des premiers avions au monde à propulsion mixte turboréacteur-statoréacteur, il atteint fin 58 –début 59 la vitesse de Mach 2,19 ; 
  • 25 février 1959 : il pulvérise sur Griffon II, le record du monde en circuit fermé sur 100 km, le portant à 1640 km/h (1er record revenu à la France après la guerre 1939-45).
  • En 1962 il entre à Sud-Aviation (qui deviendra plus tard Aerospatiale) où il participe au programme Caravelle puis peu de temps après au programme Concorde. 
  • C’est lui qui le 2 mars 1969 sera aux commandes du CONCORDE 001 pour son premier vol qui marquera l’histoire de l’aéronautique. Il devient alors Monsieur CONCORDE.
  • Il quitte l’industrie en 1975, et en 1983, il fonde l’Académie Nationale de l’Air et de l’Espace (ANAE  devenue depuis 2008 Académie de l’Air et de l’Espace –AAE-).

André Turcat est membre Émérite 3AF en 2002.

Avec la disparition d’André Turcat, se ferme une page importante de l’histoire de l’aéronautique. ■

Réagissez !

C'est un grand pilote des Ailes Françaises qui nous quitte . Son CV nous rappelle que celles-ci étaient toujours en avance, malgré la brèche de la tragédie de 40-44 !... Mais pourquoi n'a-t-elle pas poursuivi sur la lancée des "Leduc" et disposer ainsi dès la fin des années 50 d'avions "stato" ( ramjet ) qui aurait permis de développer ( avec 30 ans d'avance ) toute une gamme d'appareils ( militaires et civils ) ) à cycle variable ( du turboréacteur au propulseur fusée ) et d'occuper l'ionosphère au delà de la thermopause pour des vols hyperboliques suborbitaux !...

Ajouter un commentaire