Edito Lettre n°16

JEAN-PIERRE SANFOURCHE

Lorsque le président Michel Scheller m’a demandé au mois de juin si j’accepterais d’assurer de nouveau la rédaction de la Lettre 3AF, je lui ai répondu par l’affirmative parce que je suis en accord avec les orientations stratégiques de notre association et parce que je crois pouvoir contribuer à l’amélioration de cet organe de communication. 

Je pense en premier lieu aux Commissions Techniques, pourquoi ? Ces commissions  jouent un rôle tout à fait essentiel : ce sont elles en effet, qui, composées d’experts de leur domaine d’activité, sont un lieu privilégié d’information et d’échanges pour définir les sujets à traiter à l’occasion de colloques, de journées thématiques ou de conférences. Constituant par domaine technique un réseau d’acteurs pertinents rassemblant un grand nombre de compétences, elles sont à même d’assurer une production intellectuelle de qualité sur des thématiques scientifiques, techniques et industrielles, elles représentent en fait le cœur de notre mission.  Voilà pourquoi dans la Lettre, je prévois de consacrer au moins la moitié du volume éditorial à la publication d’articles émanant d’elles, exposant les sujets traités lors des différentes manifestations. Je conçois ces articles comme des synthèses relativement courtes mettant bien en relief les points essentiels mais indiquant aussi en annexe les documents de référence qui  traitent du sujet de manière approfondie, les sites Web et  les coordonnées des experts à consulter. 

Interviews de personnalités, points de vue, économie, éthique, culture générale, formation et carrières, vie de la 3AF et de ses Groupes Régionaux : toutes ces rubriques composent l’autre partie de la Lettre. Je précise qu’à partir de janvier 2016, chaque Lettre 3AF comprendra une rubrique consacrée aux Ecoles membres.

Faisant mienne cette citation de Voltaire : « Rien ne se fait sans un peu d’enthousiasme », j’entreprends ma mission avec l’intention d’apporter une contribution significative au rayonnement de la 3AF. 

Je veux terminer cet éditorial en adressant mes plus vifs remerciements à Monsieur Patrick Gandil, Directeur Général de l’Aviation Civile, pour l’interview qu’il a eu l’amabilité de nous accorder, et dont la publication constitue un élément phare de ce numéro de la Lettre.■

Jean-Pierre Sanfourche
Rédacteur en Chef

Ajouter un commentaire